Souffle

Alors que l’obscurité comme un étau, s’abat sur la terre,

Alors qu’on crie à la haine, au meurtre, à la vengeance

Le sort d’un monde en perdition semble joué

 

Mais pourtant…

 

Des flammèches çà et là s’allument ,

Ravivées par un vent  que souffle

Un amour inconditionnel et vivant ,

La passion d’un père pour ses créatures …

Quelle est cette flamme qui brûle mais ne consume,

Ce souffle puissant et invisible qui réveille les morts ?

 

Les champs sont déjà blancs,

Des ouvriers  s’affairent ,

La récolte sera bonne…

 

La tombe hurle sa défaite, la lumière l’aveugle,

 

Bientôt …

 

Des nuées , la vérité apparaitra,

Tournez, quand il est encore temps

Vos cœurs vers la lumière …

La vie …

L’infini…

 

Les  nations  acclameront le fils,

Et on se souviendra éternellement,

De la croix de Golgotha…

 

En lettres  de feu sera écrit ton nom…